A RED LETTER DAY: “PLAY THAT FUNKY MUSIC!”

On connaisait déjà Daft Punk, duo légendaire, mais on connait moins les groupes et artistes qu’ils ont inspiré. Aujourd’hui, nous recevons pour notre plus grand plaisir, A Red Letter Day, duo français qui s’inscrit dans un délire funky et très French House.

A Red Letter Day pour ROUGE•VIS

Découvrez A Red Letter Day ici


Première fois que l’on reçoit un duo sur ROUGE•VIS! A Red Letter Day est composé de Sans et Heyren. Très inspiré de la French Touch emmenée par le duo mythique Daft Punk, ils ont su se construire une identité marquée suivant des influences variées. Suivez-moi!

C’est quoi A Red Letter Day exactement?

SANS – Je ne nous vois pas comme un groupe. Je vois plus A Red Letter Day comme un projet ou voir même un collectif! Si d’autre gens veulent rejoindre A Red Letter Day, ils peuvent nous rejoindre. Si un jour Heyren veut produire quelque chose avec quelqu’un d’autre et le faire passer sous A Red Letter Day, il peut. Il n’y a pas d’obligation que ça soit que nous. Tout le monde peut être A Red Letter Day, à partir du moment que ça colle avec l’univers. On a voulu créer un univers et une histoire avec ce projet. A Red Letter Day c’est un robot qui a été créé dans le but d’analyser les émotions humaines à travers les fréquences de la musique. C’est aussi pour ça que toutes les tracks n’ont pas de liens entre elles. On essaie juste de rester dans un mood joyeux.

Comment le projet a-t-il vu le jour?

SANS -J’ai créé A Red Letter Day en 2015 parce que je voulais commencer un projet autour de la French House. J’ai commencé par travailler avec le label The Rose Catalogue qui sortait mes tracks. Avec le temps, je suis devenu plus actif sur Youtube en faisant des remix et des covers. Je faisais beaucoup d’expérimentations. Puis, un jour, Heyren et arrivé. Il m’a proposé une collab et c’est comme ça que tout a commencé.

HEYREN – En fait, la première track que je lui ai proposé était une ébauche de Play That. La version que je lui ai envoyée, je me rappelle, c’était en 116 bpm, très proche des sonorités de Get Lucky! On a collaboré pour la première fois sur ce son. Il a posé un super vocodeur sur la mélodie que je lui ai envoyée et on a augmenté le tout à 130 bpm. Le résultat donne une touche un peu made in France. On n’a même pas signé cette track sous le même nom. Ce n’est que plus tard qu’on a vraiment décidé de travailler ensemble sur le projet.

SANS – C’est Heyren qui  a proposé de former un duo, j’ai trouvé l’idée cohérente et on a commencé par faire de la funk. On a ensuite évolué vers de la house.

HEYREN – Il y a une raison derrière tout ça, en fait. En 2015 je lui ai fait écouter une ébauche et il avait vraiment aimé. Il avait tellement aimé qu’il m’a demandé de tout lui envoyer et j’ai toujours refusé. La seule solution pour moi c’était de former un groupe. Ça a donné Funk With Me, le premier vrai son de A Red Letter Day.

Du coup, comment vous êtes-vous rencontré?

SANS – Heyren va raconter la petite histoire, il la connait mieux que moi.

HEYREN: Alors c’est aussi lié au Daft Punk. Quand j’ai commencé à faire de la musique j’étais très à fond sur eux. J’étais souvent sur les réseaux sociaux à la recherche d’informations à l’époque de Random Access Memories. Ils ne l’avaient pas encore teaser mais il y avait des rumeurs. Je suivais un gars qui s’appelait Daft World qui se revendiquait être le plus grand fan du groupe. Il a partagé un remake de Alive 97 fait par Sans. J’ai tellement adoré que je lui ai envoyé un message. Je devais avoir 13 ans même pas. On parlait déjà de travailler ensemble. Je lui ai ensuite envoyé quelques tracks vraiment pas très bonnes. On s’est connu comme  ça. On a commencé par bosser sur plusieurs titres qui ne sont jamais sorti. On a toujours été amis tous les deux, c’était évident qu’on finisse par bosser ensemble sur un vrai projet en quelque sorte.

Quelle est votre façon de travailler? Etre deux doit surement avoir des avantages comme des inconvénients

HEYREN – En général ça se passe de la façon suivante: je fais une mélodie, je lui envois, il kiffe, je travaille un peu plus la mélodie en rajoutant des effets, en rajoutant de la bass et je lui renvois. Derrière il essaie de faire une chanson complète. Il me la renvois, j’arrange deux trois détails et souvent le son est terminé. Grossièrement c’est ça.

SANS – De manière un peu plus technique, il a plus de facilité que moi à trouver des accords très groovy, c’est normal que ce soit lui qui démarre le projet. Par exemple pour Rouge, il m’a envoyé 6 secondes. C’est à partir de ces quelques mesures que j’ai pu dérouler et faire la track. Il commence un brouillon à peine mixé et à peine masterisé, puis je me charge de l’arrangement, et ça part en échange de versions pendant quelque temps. Je finis par masteriser et mixer.

HEYREN – Voilà c’est ce qu’il se passe en général, mais il y a des exceptions comme You & Me que j’ai quasi fait en totalité. La première version ne me plaisait pas assez et c’est Sans qui a rajouté la touche en plus qui a fait de cette première version une track entêtante. En général on a des périodes de grosses production. On n’est pas constant là dessus. On a vraiment deux visions différentes du projet, Sans va beaucoup plus être dans le sound design en analysant chaque fréquence et en faisant en sorte que rien ne dépasse alors que moi j’ai un mastering un peu “graineux” et loin d’être parfait. A deux on arrive à avoir un résultat puissant mais contrôlé.

Y-a-t-il déjà eu des désaccords? Des tensions?

SANS – Aucun des deux.

HEYREN – Oui clairement, aucun des deux.

SANS – Si on n’est pas d’accord on met de côté, sinon on travaille le projet. On met souvent de côté même si on n’est pas d’accord, ça peut toujours nous inspirer plus tard.

HEYREN – On trouve toujours des compromis. Mine de rien, on se connait depuis longtemps aussi. Ça aide beaucoup. Je pars du principe que A Red Letter Day est plus un délire funky qu’autre chose. On peut s’envoyer n’importe quoi, on finit toujours par sortir quelque chose qui nous convient. Musicalement on sait ce que l’on veut faire, on ne se bride pas. Il n’y a jamais eu d’embrouille non plus, c’est la force du projet.

Quels sont les titres que vous avez produit dont vous êtes le plus content ou le plus fier?

HEYREN – J’en aurais deux. Il y a You&Me qui est vraiment mon bébé. J’ai mis tout ce que je pouvais dans cette track. Et puis il y a celle que je t’ai envoyé (ndlr: à Sans) récemment qui sera très certainement notre prochaine release.

SANS – Pour ma part j’ai envie de te dire tout! A Red Letter Day me permet d’exprimer beaucoup de choses et j’adore ça. Sinon je dirais Play That parce que c’était la première fois que j’osais sortir une originale avec nos voix dessus

HEYREN – Surtout la tienne!

SANS – Surtout la mienne effectivement! J’ai aussi adoré travailler sur une musique que j’appelerai un “Vocover”, une cover en utilisant un vocoder basiquement. On a réalisé une cover d’un son des Daft Punk, Something about us. Je citerai Thomas Bangalter pour justifier ce choix “It’s interesting to see how much emotion you can get out of a machine”. C’est la phrase de A Red Letter Day. On espère sortir le titre bientôt!

Vous avez déjà travaillé en collaborations avec d’autre artistes, notamment avec Lincen sur le titre Rouge. Comment voyez-vous vos futurs collaborations?

SANS – De mon point de vue, je parle beaucoup avec des producers et j’essaie de mettre en pratique tout ce que j’apprend. A Red Letter Day est très souple pour des collabs et c’est aussi sa force.

HEYREN – Pour le coup je suis plus ou moins d’accord avec Sans mais personnellement je suis toujours très difficile pour les collabs. Il faut que ça colle avec l’univers. Au cours des dernières tracks on a vraiment instauré des sonorités particulières et des productions bien marquées. Il y a aussi le rapport humain qui rentre en jeu. Même si la personne est très talentueuse mais qu’elle ne recherche que l’aura qu’une collaboration peut lui apporter, on est contre. On n’a pas envie de se priver si on travaille avec un autre artiste.

SANS – Par exemple, dernièrement j’ai contacté une candidate de The Voice République Tchèque que j’ai découvert sur une cover de Marilyn Manson. J’ai creuser un peu le truc et j’ai vu qu’elle bosser pas mal sur des titres un peu jazz et funky. On lui a proposé deux titres, très jazz avec des influences comme Deadmau5. On verra où ça nous mène!

Et quels sont vos futur projets? Avez-vous un objectif ultime pour ce projet?

HEYREN – Dans les mois à venir, on a quelques musiques qui vont sortir comme on l’a dit. En terme d’aboutissement je veux garder à l’esprit que c’est une sorte de délire. Je veux garder à l’esprit qu’on ne fait vraiment ça que pour s’amuser. C’est ça que j’aime.

SANS – Il n’y a pas de contraintes. Pour chaque track, quand on la sort, ça plait on est content, ça ne plait pas on est content quand même. Il n’y a pas vraiment de but, de chiffre, d’accomplissement ultime.

HEYREN – Moi je t’avoue j’ai quand même un objectif: Ça serait de faire une live performance de nous deux sous A Red Letter Day.

SANS – Clairement

D’ailleurs pour finir, Heyren, parles nous un peu de ta sortie imminente sur ton projet solo

HEYREN – Tout simplement c’est un clip qui va sortir en septembre pour Heyren mon projet perso. La musique n’a pas vraiment de sens à être écouter sans le clip. Ça raconte une histoire qui a une signification personnelle, les moindres détails veulent dire quelque chose pour moi. C’est un clip que je fais sans prétention pour un single. Kaon et Lincen seraient intéressé pour un remix.  Le single sera dispo partout avec sans doute deux petit remix.

Merci beaucoup à Heyren et Sans du duo A Red Letter Day d’avoir donné de leur temps pour cette interview. Allez rapidement voir ce qu’ils font en suivant les liens dessous! A très vite.

Maksance ©RougeVis